Billetterie

La Troupe

LE ROI SE MEURT
Ionesco

Lundi nous avons eu le plaisir d’accueillir nos amis de Libre Théâtre. Merci Jean-Pierre Martinez pour ce beau texte :

Le Roi se meurt. Comme nous tous. Depuis sa naissance. Mais cette fois, il va vraiment mourir. Dans une heure ou deux. Jusque là, sans nier la fatalité de sa propre fin, il avait réussi à l’oublier en se réfugiant dans un éternel présent. Mais désormais, comme pour un condamné à mort, l’échéance est fixée, et le temps est compté. Doit-on lui dire, afin qu’il prépare dignement sa royale sortie ? Ou doit-on, pour l’épargner, laisser la mort l’emporter par surprise ?

Le Roi se meurt. Et d’avoir trop aimé la comédie de la vie, il n’a pas voulu voir sa dimension tragique. Il arrive donc au terminus impréparé et indigne. Doit-on passer toute sa vie à préparer sa mort, ou au contraire, pour pouvoir vivre justement, feindre jusqu’au bout d’ignorer cette fatale échéance ?

Le Roi se meurt. Il sait maintenant qu’il va mourir. Du déni à la révolte, jusqu’à l’acceptation, Ionesco nous décrit, dans cette tragi-comédie, ce chemin de croix vers le néant qu’est notre lente agonie.

Le Roi se meurt. Son royaume se meurt avec lui. Avant même de mourir, le souverain a perdu le pouvoir d’agir sur sa propre existence. Et sur celle des autres. La fin de la représentation approche. Le Roi, redevenu simple bouffon, n’est plus l’acteur de sa vie. Il n’est plus que le spectateur de sa propre disparition.

Le Roi se meurt. Avant, peut-être, de renaître. Le Roi est mort. Vive le Roi ?

Merveilleuse Troupe de l’Épée de Bois. Les comédiens sont justes. La diction est parfaite. Le décor est splendide et les costumes dignes d’un grand couturier. Dans la magnifique Salle en Bois, comme dans un immense cercueil, les sujets de sa Majesté, tous en blanc, entourent le monarque, qui porte déjà le deuil de lui-même. Ses femmes, en robes de mariées, sont là pour célébrer son mariage avec la Mort.

Un très beau spectacle, d’une rare puissance. À ne manquer sous aucun prétexte.

Du 6 novembre au 20 décembre
Lundi, mardi, mercredi à 20h30, relâche exceptionnelle les 20, 21 et 22 novembre

Achetez des places

Gazette

S'inscrire à notre Gazette :

Facebook

A L'AFFICHE

Du 23 novembre au 23 décembre 2017
Jean-Claude Grumberg

La bêtise xénophobe et raciste que dénonçait Grumberg il y a une cinquantaine d’années dans ces quatre pièces courtes sévit toujours. Mais aujourd’hui elle a pris ses aises. Elle a la tête haute. Elle est devenue un programme politique. « Jean-Claude Grumberg est l’auteur tragique le plus drôle de sa génération » écrit Claude Roy. Il est vrai que ces quatre croquis féroces qui donnent à voir ce qu’il y a de plus hideux et puant en l’homme sont d’un comique irrésistible.

LES AUTRES
Du 10 septembre au 17 décembre 2017
Molière
Revisitée par une seule comédienne, accompagnée au clavecin, la pièce « L’Impromptu de Versailles » nous permet d’approcher la douleur intime de celui qui a mesuré au cœur de son métier, la morgue des puissants.
L’IMPROMPTU DE VERSAILLES
Du 6 novembre au 20 décembre 2017
Eugène Ionesco
Le roi Bérenger, c’est un être humain comme tout le monde. Son royaume n’est autre que son propre corps. Mal entre-tenu, ce corps s’effondre un jour. La reine-vie essaie de le retenir, mais la reine-mort l’emportera. Un conte pour enfants et adultes car, hélas, les rois se meurent à tout âge.
LE ROI SE MEURT

Prochainement

Du 4 au 23 décembre 2017
Filip Forgeau
LA CHAMBRE DE MARIE CURIE
Du 8 janvier au 27 janvier
Władysław Szlengel
CABARET DANS LE GHETTO d’après « Ce que je lisais aux morts »
Du 11 janvier au 11 février 2018
Euripide
LES BACCHANTES

Téléchargement

SAISON 17/18

Plaquette 1718

 

 

Accès